Ouverture des jeux en ligne

Depuis 2009 les joueurs peuvent parier, via Internet, sur d’autres produits que les courses de chevaux (match de foot, ...). Le Pari Mutuel Urbain (PMU) perd son monopôle. D’autres organisateurs de courses de chevaux vont donc arriver sur le marché.

"L’objectif du PMU est de continuer à accroître les paris hippiques tout en s’ouvrant aux paris sportifs."
Philippe GERMONT, Président du PMU - le 29 janvier 2010 lors de l’assemblée générale du GAET


Obligation de l’ouverture à la concurrence
L’organisation des jeux sur les courses de chevaux en France était jusqu’en 2009 accordée aux seuls (PMU). La commissions de Bruxelles a mis la France en demeure d’ouvrir à la concurrence l’organisation des jeux en ligne (Internet

Des nouveaux arrivants
Le réseau PMU à travers ses agences possède à ce jour le monopôle. L’ouverture des jeux en ligne va permettre aux sociétés organisatrices de paris de s’installer sur le pari des courses de chevaux.

Mobilisation des professionnels
L’ensemble de la filière s’est mobilisé pour préserver les principes essentiels du pari mutuel :
  - organisation des jeux en paris mutuels exclusivement et interdiction de la pratique du « book-making »
  - principe du retour à la filière par un prélèvement d’environ 8% sur tous les preneurs de jeux
  - agrément des opérateurs par l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL)

Ces petits nouveaux vont-ils survivre longtemps face aux grands du secteur (PMU, française des jeux) ?